Composter chez soi sans jardin

Transformer ses déchets organiques en terre riche et utilisable a longtemps été le privilège des propriétaires de jardin… Mais de nouvelles solutions simples et peu coûteuses vous permettent désormais de faire votre compost sur votre terrasse, votre balcon, ou même dans votre cuisine.

Et sans inconvénients: un compost bien entretenu ne dégage pas d’odeur. Et pour écarter tout problème de cohabitation sur votre balcon ou dans votre cuisine, évitez d’y mettre des déchets animaux, ou des peaux d’oignons, d’agrumes, ou d’échalotes.

Le Mini-compost

20150315_185030Un « mini-compost » est un petit bac placé sur un balcon ou dans une cuisine, à l’ombre, et qui recueille les déchets organiques de la cuisine et de l’entretien des plantes. La dégradation des matériaux est lente, ce qui convient aux personnes vivant seules ou n’ayant pas beaucoup de plantes chez elles.

Aérez et arrosez régulièrement votre compost. Dans quelques semaines, vous pourrez récolter du thé de compost (engrais naturel) au bas de votre contenant. Après plusieurs mois, le compost en lui-même sera prêt. Durant la phase de dégradation, vous pouvez utiliser la matière présente dans votre bac pour l’étaler au bas de vos plantations comme engrais.

Un mini-compost coût environ 30€ à l’achat, mais vous pouvez en fabriquer un. Nous vous en parlions ici: le blog Semer à la Folie vous propose un tuto pour réaliser un mini-composteur à partir d’un pot.

Sinon, vous trouverez une astuce ci-dessous de l’éco-quartier Hochelaga pour faire un compost de balcon facilement, dans un bac de culture :

Vous pouvez « accéler » ce processus de dégradation naturel en introduisant des vers de fumier (eisenia foetidia) dans votre bac à compost.

Le lombricompostage

Le lombricompostageLe lombricompostage est une technique de compostage reposant sur l’activité de vers , qui accélèrent la dégradation de la matière organique.

Pour une centaine d’euros, vous trouverez un lombricomposteur en magasin. Quant aux vers, vous pouvez  vous adresser à des boutiques spécialisées, ou profiter des réseaux de troc ou de don tels que Plus2vers, présent en France, au Québec et en Outremer.

Mais chez les Cols verts, nous préférons le DIY!

Dans le cadre de son Programme Local de Prévention (PLP) des déchets, Rennes Métropole résume très bien les règles de bases du lombricompostage, et vous montre comment fabriquer le vôtre à partir de caisses en plastique :

Plus joli mais plus complexe: le blog Un Truc par Jour vous propose un tutoriel en bois de récup’ – nécessairement non-traité, pour la santé de vos vers !

Finalement, dans ce guide très complet (8 pages) de Bio Vers vous donne les détails sur l’entretien de vos vers, de leur nourriture à leur santé.

Pour aller plus loin :

  • Lombricompost pour tous : passer au ver pour vos déchets, par Jean-Paul Collaert aux Edition Broché.
  • Compost en ville. Lombricompostage et petits jardins, par Florence Couraud aux Editions La Plage.

Ou n’hésitez pas à consulter la bibliographie du wiki!

Vous avez un bon plan sur ce sujet?

Bouton wiki 2

4 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s