La biodiversité et les pollinisateurs.

On parle beaucoup du rôle essentiel des abeilles en tant que pollinisatrices. On en oublierait presque les autres: les papillons, certaines araignées, le syphre, les bourdons… La liste et longue, mais risque de se raccourcir, car de nombreux insectes pollinisateurs sont actuellement menacés.

Vous pouvez aider la biodiversité à votre échelle! Commencez par bannir les produits phytosanitaires et chimiques de votre terrain, avant de l’aménager.

Les friches et les fleurs sauvages

Vous aimez les ambiances champêtres; et les insectes aussi. De nombreux insectes voient leur reproduction perturbée par le gazon tondu court – comme les papillons, dont les chrysalides sont détruites.

Une zone d’herbe haute en friche abritera des espèces d’herbes et de fleurs sauvages locales, favorisant la conservation d’un écosystème particulier. Vous pouvez commencer par espacer les tontes et en relevant la hauteur de taille – surtout l’été – tout en conservant des zones que vous laisserez fleurir et faner tranquillement. Puis, vous pourriez passer de la tonte à la fauche, plus respectueuse de l’environnement.

Vous pouvez également accueillir des bosquet de fleurs sauvages. Repérez quelques espèces dans les espaces naturels environnant (talus, prairies), et récoltez les graines pour les semer chez vous.

Plantes mellifères

Toutes les plantes ne plaisent pas à tous les pollinisateurs! Sachez lesquelles planter pour attirer certaines espèces, grâce au guide détaillé des plantes mellifères (page 25) publié par l’association Urban Bees.

Haies et tas de bois

L’ombre et la protection contre le vent qu’offre une haie, un tas de bois, un roncier… est propice à la nidification de nombreuses espèces. Leur capacité à retenir l’eau aide les insectes à subsister durant les périodes sèches. Certaines abeilles sauvages nichent dans des galeries creusées dans du bois mort. Et des mammifères tels que les hérissons pourront faire leur nid sous cet abris idéal.

Pour constituer votre haie, utilisez le même principe que les fleurs sauvages : observez ce qui pousse naturellement dans votre environnement. Diversifiez les espèces, sans hésiter à tailler pour garder le contrôle sur la taille du bosquet.

Les points d’eau

Les mares, ruisselets, et autres points d’eau sont des réservoirs de biodiversité. Si vous avez déjà une mare sur votre terrain, laisser les herbes folles pousser autour: cette couverture naturelle permettra aux papillons et libellules de s’y reproduire.

Mais vous pouvez aussi installer une mare! Choisissez un endroit sec et plat,ombragé, et loin de tout axe routier pour éviter aux batraciens de se faire écraser. Pour la suite, suivez les conseils pratiques édités par la Région Wallonne.

Pour aller plus loin : Loger et Abriter des insectes au jardin., par Vincent Albouy et André Fouquet, chez Edisud. Ou jetez un œil à la bibliographie du wiki!

Vous avez des infos sur le sujet?

Bouton wiki 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s